Historique du

lechenail.ca - lechenail.com - lechenail.net - lechenail.org

 

Administration
Bienvenue ! Login
Dix ambassadeurs de la francophonie sous les projecteurs
Le Carillon, mercredi 5 mars 2008

Dix ambassadeurs de la francophonie sous les projecteurs
par Samuel.Blais-Gauthier@eap.on.ca


Ken Hill reçoit l'Ordre de la francophonie
Les ardents défenseurs de la langue de Molière qui se sont le plus démarqués cette année ont été récompensés, samedi soir à Embrun, lors du 10e Banquet de la francophonie de Prescott-Russell.

Sept «chevaliers» du français de la région se sont vu décerner l’Ordre de la Francophonie et trois autres le prix Jeunesse Thomas-Godefroy.

Devenu un symbole et l’emblème de la fierté que portent les francophones de Prescott-Russell pour leur langue, le Banquet de la francophonie, cette année sous le thème «une francophonie en fête», a tenu à récompenser ceux pour qui la préservation du français est un combat de tous les jours. Sept piliers ont été intronisés à l’Ordre de la francophonie de Prescott-Russell.

Actif au sein de nombreuses organisations, Denis Bourdeau a toujours milité en faveur de l’utilisation du français. Ce dernier a été actif pour la Caisse populaire d’Embrun, le président de la Coopérative d’Embrun, membre de la Fromagerie St-Albert. Il préside aujourd’hui l’Union des cultivateurs franco-ontariens. Denis Boudreau ne s’est pas gêné pour dévoiler ses couleurs lors de son discours de remerciements.

«Permettez-moi de formuler un souhait pour Embrun ; l’affichage bilingue partout. Paisiblement, pour éviter les discours sur les accommodements raisonnables», a-t-il lancé.

Concours de circonstances peut-être, le suivant à monter sur l’estrade pour recevoir l’Ordre de la francophonie était nul autre que le maire de Russell, Ken Hill. Ce dernier a préféré s’abstenir de commentaires sur le débat du bilinguisme dans sa municipalité, ouvert quelques instants plus tôt, à son arrivée au micro. Il a détourné la question avec un discours doré d’un brin d’humour. Il a tenu à expliquer à son sens ce qui signifiait l’expression «francophile».

«Un francophile c’est une tête carrée avec les coins arrondis », a affirmé M. Hill, également président des Comtés unis.

Le député provincial Jean-Marc Lalonde de GPR a aussi été intronisé à l’Ordre de la francophonie pour son dévouement et sa vivacité à représenter la région parmi une majorité de députés anglophones à Queen’s Park, au long des ses quatre mandats brigués au sein du parti libéral de l’Ontario.

«Il est de notre devoir à tous de faire ce qu’il faut pour représenter notre langue, le cœur de notre culture si riche», déclaré M. Lalonde.

Martial Levac a été lui aussi applaudi. D’abord connu pour son implication dans le milieu de l’enseignement, il a monté au sein du Conseil scolaire de district catholique jusqu’à en prendre la barre. Il préside simultanément aussi la branche régionale de la Fédération des aînés francophone de Prescott-Russell (FAFO).

«Francophones, vous êtes la bougie d’allumage dans votre communauté. Vous faites la parade dans votre communauté, la parade franco-ontarienne», a affirmé M. Levac.

François-Xavier Simard, fait maintenant aussi partie de l’Ordre de la francophonie. Originaire de L’Orginal il a fait briller la culture canadienne française par ses actions et écrits. Il est, par ailleurs, membre de la Société d’histoire et de généalogie et de l’Association des auteurs de l’Ontario français dont il sera l’auteur d’un livre-hommage sur les 30 ans de l’organisme.

Christine Soraka a aussi mérité le prix. Enseignante à l’école élémentaire catholique Ste-Félicité de Clarence-Creek elle s’est démarquée par ses activités rassembleuses. C’est d’ailleurs à elle que l’on doit la campagne des bracelets franco-ontariens et est l’organisatrice de la Fête du drapeau dans son institution scolaire.

«Merci à tous ceux qui veulent éteindre ma francophonie, ça stimule mon endurance!», a-t-elle clamé.

Denis B. Vaillancourt a été le septième des «chevaliers» intronisés à l’Ordre de la francophonie. Alors sous-ministre adjoint de l’éducation il est derrière l’adoption de la politique d’aménagement linguistique, un modèle pour les conseils scolaires francophones de la province l’Ontario. Il a parlé de son implication comme étant une «contribution identitaire».

Prix Jeunesse Thomas-Godefroy

La rédactrice en chef de l’hebdo la Nouvelle, Florence bolduc a été récipiendaire du prix Jeunesse Thomas-Godefroy. «Ce prix me touche vraiment, d’autant plus qu’il s’agit d’un prix jeunesse. Cela me fait prendre conscience non pas des choses que j’ai accomplies, mais des réalisations qu’il me reste à faire», a-t-elle déclaré.

Mathieu Leduc, du Conseil des écoles publiques de l’Ontario été également récompensé du prix Jeunesse Thomas-Godefroy pour ses efforts au combat. Ministre de la Culture dans le conseil étudiant de l’école secondaire Le Sommet à Hawkesbury. Il a pris part au Premier Parlement Jeunesse franco-ontarien et à celui de la jeunesse pancanadienne. Il d’ailleurs été élu au poste de représentant de l’Est du conseil de représentation de la FESFO.

De Rockland, Mélina Leroux figure également parmi ceux se sont mérités le prix jeunesse. À son école, l’École secondaire catholique L’Escale, Mélina sait se faire remarquer par ses actions. Elle est membre du comité culturel, organisatrice de plusieurs activités scolaires, dont le tintamarre franco-ontarien, sans oublier qu’elle a participé au Parlement Jeunesse franco-ontarien.

 Télécharger cet article au format PDF
 

Haut de la page
 

Accueil Articles Événements Liens Annonces Discussions Mon Portail Devenir Membre Administration

Copyright © Jean Jolicoeur. Tous droits réservés.